140
Le 05. Avril 2000.

PRESS BULLETIN - Francais





MEDITATION

"Chers enfants, priez et utilisez ce temps car c'est un temps de grâce . Je suis avec vous et j'intercède pour chacun de vous devant Dieu afin que vos curs s'ouvrent à Dieu et à l'amour de Dieu.Petits enfants ,priez sans cesse jusqu'à ce que la priére devienne joie pour vous. Merci d'avoir répondu à mon appel." Message du 25

LE PARDON

Le pardon est un mot souvent prononcé en Carême. Dans l'Ancien Testament, l'action de Dieu est tout imprégnée de Son pardon. La mission de Jésus, toujours en lien avec des personnes concrètes, en surabonde. Dans le Credo, nous confessons notre foi disant : " Je crois au pardon des péchés " que Dieu accorde. La prière du Seigneur, le Notre Père, contient un autre aspect du pardon, vital pour les chrétiens (et par seulement pour eux) en ce qui concerne leurs relations. Nous disons : " comme nous aussi, nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. " L'expérience nous dit que le pardon n'est pas facile à donner et que, face à cette exigence, nous sommes parfois littéralement tourmentés. Et pourtant, le pardon fait partie de la conversion qui est fondamentale pour notre foi. Quoi faire ?

Nous commettons des erreurs, des péchés Le sentiment d'être meilleur que les autres ou la dévaluation de la gravité de notre péché ne facilite pas le pardon, mais au contraire, en éloigne. Si, par contre, nous réalisons que nous ne sommes pas meilleurs que les autres, alors les choses peuvent changer. Nous devenons plus doux, plus miséricordieux envers les autres et leur comportement. Elle est là, la racine de ce que Jésus appelle le pardon.

P. Ivan Landeka

N O U V E L L E S

LES COMMUNIONS ET LES CONCELEBRANTS

Au cours du mois de mars, 58 000 communions ont été distribuées dans le Sanctuaire de la Reine de la Paix et 1213 prêtres du pays et de l'étranger ont concélébré, à savoir 39 prêtres par jour.

Au mois de mars, de nombreux groupes et pèlerins individuels se sont rendus à Medjugorje. Les groupes les plus nombreux sont venus pour la fête de l'Annonciation, le 25 mars, et pour l'apparition annuelle à la voyante Mirjana, le 18 mars. Fin mars, Medjugorje a vraiment grouillé de vie !

Nous remarquons ainsi le passage des groupes du Brésil, de Belgique, de Singapour, de Suisse, de Slovaquie, de Lituanie, de Lettonie, du Mexique, de Hongrie, de France, du Liban, d'Irlande, de Pologne, d'Autriche, de Tchéquie, des USA, d'Allemagne, de Slovénie, d'Italie, du Canada, d'Angleterre, de Corée, d'Australie et, bien sûr, de Croatie.

VISITE D'UN EVÊQUE D'ALLEMAGNE

Mgr Franziskus Eisenbach, évêque auxiliaire de Mainz, s'est rendu à Medjugorje du 18 au 23 mars.

Il a déclaré :

" Je suis venu en pèlerin, car je voulais connaître Medjugorje et y prier. Je connais et suis les événements de Medjugorje depuis de longues années. Je voulais venir depuis longtemps, mais j'attendais un signe pour prendre cette décision. Cette fois-ci, j'étais personnellement invité et c'est pourquoi je suis venu. Ma première impression, c'est que l'église est toujours pleine, pour toutes les messes, surtout pour l'adoration. Il est bien évident que de nombreux fidèles ont compris que c'était un lieu tout particulier de prière. L'expérience de nombreuses personnes dit que leur prière personnelle, portée par l'expérience de la prière commune, s'y améliore. Je connais de nombreuses personnes dont la foi a été renouvelée à Medjugorje et qui y ont réappris à prier. Maintenant, j'ai pu personnellement voir comment Medjugorje y contribue. Une autre expérience, très importante pour moi, est la suivante : ici, on ne se contente pas seulement de prier ; la prière porte des fruits au service de l'homme, particulièrement de l'homme en détresse. J'ai été très heureux de connaître le " Village de la Mère " où les mères avec leurs enfants, les enfants abandonnés et les orphelins de guerre trouvent un refuge. Tout est relié par un grand jardin d'enfants où les enfants des familles bien portantes rencontrent ceux qui, pour diverses raisons, ont été privés d'une famille normale. J'ai vu que les enfants abandonnés y ont l'occasion d'apprendre à vivre, et c'est très important. J'ai également été très impressionné par la communauté de sur Elvira où les personnes dépendantes de la drogue et d'autres maux trouvent un refuge et la guérison. J'ai célébré avec eux la messe et participé à la prière du matin. C'était si beau de voir la force avec laquelle ils prient et participent à la messe. J'ai compris que la principale méthode de guérison consiste dans l'approfondissement de la foi et dans l'expérience de la vie commune à travers la prière et le travail.

Il était également très important pour moi de mieux connaître l'action de Parrainage des enfants orphelins de guerre, soutenue par de nombreuses familles d'Allemagne qui subviennent mensuellement aux besoins des familles et des enfants. Ces actes d'amour en faveur des personnes en détresse manifestent que Medjugorje est porté par un vrai esprit de prière. L'amour de Dieu exprimé dans la prière porte des fruits manifestés dans le souci pour le prochain.

Je voulais absolument mieux comprendre le phénomène même des apparitions, c'est pourquoi j'ai voulu rencontrer ceux qui témoignent de leurs expériences et affirment voir la Vierge. J'ai rencontré une voyante, je lui ai parlé et j'étais présent à l'apparition. Ma première rencontre avec Marija a eu lieu dans sa maison : je l'ai trouvée au travail, dans le jardin, chaussée de bottes de caoutchouc. C'est une femme tout à fait normale, mère de trois enfants. Dans la conversation, j'ai compris qu'elle était très éveillée, qu'elle savait poser des questions et parler de ses expériences, qu'elle savait bien discerner entre le bien et le mal. Elle m'a invité à participer à la prière dans sa maison, lorsqu'elle se préparait pour la rencontre avec la Gospa, comme depuis déjà plus de 18 ans. Nous avons prié dans l'oratoire de sa maison où un certain nombre de personnes étaient rassemblées. Nous avons prié le chapelet en diverses langues en attendant le moment de l'apparition. A un moment donné, Marija nous a dit que le moment de l'apparition approchait et, après une prière qu'elle animait elle-même, elle est restée en silence. Nous savions tous que c'était le moment où elle voyait la Gospa. Après l'apparition, elle nous a dit que la Gospa avait prié sur nous tous et qu'elle avait béni tout le monde. Une nouvelle fois, elle nous a appelés à prier. La rencontre avec Marija m'a montré qu'elle était une jeune femme tout à fait normale, qu'elle vivait pleinement dans la réalité et qu'elle s'occupait bien de ses enfants. J'ai vu qu'elle avait une bonne relation avec sa famille et avec les pèlerins. Elle est simple et naturelle, claire et compréhensible lorsqu'elle parle de ses expériences. Je peux dire que c'est une femme à qui l'on peut accorder foi, une femme authentique, et c'est pourquoi je ne trouve aucune difficulté à croire en ce qu'elle dit, plus précisément en ce qu'elle voit, et à croire que c'est vrai. C'est pour moi une expérience très importante, car j'ai tiré la conclusion que ce lieu de prière était fondé sur l'expérience donnée à ces jeunes gens, expérience transmise d'une manière convaincante.

A Medjugorje, Marie est vénérée comme la Reine de la Paix. Ce nom et ses exigences auraient dû préparer le monde aux terribles expériences de la guerre. Dix ans après la première apparition, la guerre en Croatie et en Bosnie-Herzégovine a éclaté. Medjugorje est un lieu où l'on prie sans cesse pour la paix. Le message de Medjugorje pour le monde entier est clair : il faut dépasser les guerres et les conflits par la puissance de l'amour. On a l'impression que toutes les dimensions de l'homme sont touchées à Medjugorje : le cur, l'âme et le corps. Ici, toute la personne est saisie par la prière et les lieux de prière. Dans ce sens, Medjugorje porte un message pour toute l'Eglise : permettre à Dieu et à la Gospa de toucher toute notre réalité humaine, permettre à Marie de nous donner son amour et apprendre ainsi à prier de tout cur. C'est pourquoi je peux dire que personne ne doit craindre Medjugorje, bien que ce lieu n'ait pas encore été officiellement reconnu dans l'Eglise. Ici, on prie vraiment de telle manière que la personne se met en route. C'est pourquoi les foules viennent ici pour apprendre à prier. Je souhaite que ce message et cette expérience soient transmis en Allemagne, car nous, les allemands, sommes portés davantage au raisonnement qu'aux sentiments. Ici, il s'agit d'un message adressé à toute la personne, message dont nous avons vraiment tous besoin.

7e RENCONTRE DES ANIMATEURS DES CENTRES POUR LA PAIX

Une centaine de participants d'une vingtaine de pays des cinq continents ont participé à la septième rencontre des animateurs des Centres pour la Paix. Comme chaque année, les participants ont adopté une

DECLARATION :

Rassemblés à Neum du 19 au 24 mars 2000 pour la 7e rencontre des animateurs des Centres pour la Paix et des groupes de prière de Medjugorje, nous nous adressons aux amis et aux pèlerins de la Reine de la Paix :

1. En cette année de Jubilé de la chrétienté, nous mettons Jésus Christ au centre de notre vie, afin de donner notre contribution au renouveau de l'Eglise de notre temps et de notre Eglise locale.

2. Nous constatons des points communs entre le contenu du programme du Jubilé et les Messages de Medjugorje. Les paroles de la Vierge : " Faites tout ce qu'Il vous dira " (Jn 2,5) nous révèlent que Jésus Christ est le même hier, aujourd'hui et toujours.

3. L'annonce de l'Evangile est la mission prophétique de tous les baptisés. Elle se réalise en premier lieu dans notre vie personnelle. Une vie authentique est la meilleure annonce. Ceci est également valable pour ceux qui diffusent les messages de la Gospa.

4. Nous souhaitons que l'appel à la paix et à la réconciliation donné par la Gospa soit présent d'une manière particulière dans la vie des personnes, des familles et des groupes, tout particulièrement en cette année du Jubilé.

5. Une nouvelle fois, nous invitons tout le monde à mieux connaître et à fidèlement garder l'authenticité de la spiritualité de Medjugorje.

A Medjugorje, le 24 mars 2000

CONFERENCE DES DONATEURS

La rencontre de donateurs inspirés par les messages de Medjugorje aura lieu le 26 juin 2000 à Medjugorje sur le thème : " C'est à moi que vous l'avez fait ".

La première Conférence Internationale de représentants d'organisations humanitaires et de personnes qui, inspirées par les messages de Medjugorje, s'engagent dans les activités humanitaires, aura lieu à Medjugorje le 26 juin 2000, à partir de 9.00 h. Tous ceux qui ont offert une aide spirituelle ou matérielle à la population menacée par la guerre sont invités à cette conférence.

Nous prions les représentants des organisations humanitaires et les donateurs qui envisagent de participer à cette conférence d'annoncer leur venue, et d'envoyer des informations sur leur organisation et sur eux-mêmes, à l'association " Medjugorje-Mir ", Split, par fax : + 385 21 34 22 58, ou par e-mail : medjugorje-split@st.tel.hr.

Vous disposerez d'une traduction en simultané. Pour toute information complémentaire, merci de vous adresser à " Medjugorje-Mir " à Split, au téléphone + 385 21 36 13 54.

DECES DU PERE ANGELO MUTTI

Le père Angelo Mutti, initiateur et rédacteur en chef de la revue " Eco di Medjugorje ", est décédé le 3 mars 2000. " Eco di Medjugorje a diffusé les messages de la Gospa et les nouvelles sur les événements de Medjugorje pendant de longues années. Traduit en une dizaine de langues, il a rendu accessible à tous les continents le message de paix et de réconciliation donné par la Gospa. La contribution de Don Angelo était inestimable. Nous le remercions pour tout ce qu'il a fait, nous le confions à vos prières dans la confiance que ses collaborateurs continueront à marcher sur la route qu'il a tracée.

LE PARDON

Le pardon est un mot souvent prononcé en Carême. Dans l'Ancien Testament, l'action de Dieu est tout imprégnée de Son pardon. La mission de Jésus, toujours en lien avec des personnes concrètes, en surabonde. Dans le Credo, nous confessons notre foi disant : " Je crois au pardon des péchés " que Dieu accorde. La prière du Seigneur, le Notre Père, contient un autre aspect du pardon, vital pour les chrétiens (et par seulement pour eux) en ce qui concerne leurs relations. Nous disons : " comme nous aussi, nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. " L'expérience nous dit que le pardon n'est pas facile à donner et que, face à cette exigence, nous sommes parfois littéralement tourmentés. Et pourtant, le pardon fait partie de la conversion qui est fondamentale pour notre foi. Quoi faire ?

Nous commettons des erreurs, des péchés Le sentiment d'être meilleur que les autres ou la dévaluation de la gravité de notre péché ne facilite pas le pardon, mais au contraire, en éloigne. Si, par contre, nous réalisons que nous ne sommes pas meilleurs que les autres, alors les choses peuvent changer. Nous devenons plus doux, plus miséricordieux envers les autres et leur comportement. Elle est là, la racine de ce que Jésus appelle le pardon.

P. Ivan Landeka

N O U V E L L E S

LES COMMUNIONS ET LES CONCELEBRANTS

Au cours du mois de mars, 58 000 communions ont été distribuées dans le Sanctuaire de la Reine de la Paix et 1213 prêtres du pays et de l'étranger ont concélébré, à savoir 39 prêtres par jour.

Au mois de mars, de nombreux groupes et pèlerins individuels se sont rendus à Medjugorje. Les groupes les plus nombreux sont venus pour la fête de l'Annonciation, le 25 mars, et pour l'apparition annuelle à la voyante Mirjana, le 18 mars. Fin mars, Medjugorje a vraiment grouillé de vie !

Nous remarquons ainsi le passage des groupes du Brésil, de Belgique, de Singapour, de Suisse, de Slovaquie, de Lituanie, de Lettonie, du Mexique, de Hongrie, de France, du Liban, d'Irlande, de Pologne, d'Autriche, de Tchéquie, des USA, d'Allemagne, de Slovénie, d'Italie, du Canada, d'Angleterre, de Corée, d'Australie et, bien sûr, de Croatie.

VISITE D'UN EVÊQUE D'ALLEMAGNE

Mgr Franziskus Eisenbach, évêque auxiliaire de Mainz, s'est rendu à Medjugorje du 18 au 23 mars.

Il a déclaré :

" Je suis venu en pèlerin, car je voulais connaître Medjugorje et y prier. Je connais et suis les événements de Medjugorje depuis de longues années. Je voulais venir depuis longtemps, mais j'attendais un signe pour prendre cette décision. Cette fois-ci, j'étais personnellement invité et c'est pourquoi je suis venu. Ma première impression, c'est que l'église est toujours pleine, pour toutes les messes, surtout pour l'adoration. Il est bien évident que de nombreux fidèles ont compris que c'était un lieu tout particulier de prière. L'expérience de nombreuses personnes dit que leur prière personnelle, portée par l'expérience de la prière commune, s'y améliore. Je connais de nombreuses personnes dont la foi a été renouvelée à Medjugorje et qui y ont réappris à prier. Maintenant, j'ai pu personnellement voir comment Medjugorje y contribue. Une autre expérience, très importante pour moi, est la suivante : ici, on ne se contente pas seulement de prier ; la prière porte des fruits au service de l'homme, particulièrement de l'homme en détresse. J'ai été très heureux de connaître le " Village de la Mère " où les mères avec leurs enfants, les enfants abandonnés et les orphelins de guerre trouvent un refuge. Tout est relié par un grand jardin d'enfants où les enfants des familles bien portantes rencontrent ceux qui, pour diverses raisons, ont été privés d'une famille normale. J'ai vu que les enfants abandonnés y ont l'occasion d'apprendre à vivre, et c'est très important. J'ai également été très impressionné par la communauté de sur Elvira où les personnes dépendantes de la drogue et d'autres maux trouvent un refuge et la guérison. J'ai célébré avec eux la messe et participé à la prière du matin. C'était si beau de voir la force avec laquelle ils prient et participent à la messe. J'ai compris que la principale méthode de guérison consiste dans l'approfondissement de la foi et dans l'expérience de la vie commune à travers la prière et le travail.

Il était également très important pour moi de mieux connaître l'action de Parrainage des enfants orphelins de guerre, soutenue par de nombreuses familles d'Allemagne qui subviennent mensuellement aux besoins des familles et des enfants. Ces actes d'amour en faveur des personnes en détresse manifestent que Medjugorje est porté par un vrai esprit de prière. L'amour de Dieu exprimé dans la prière porte des fruits manifestés dans le souci pour le prochain.

Je voulais absolument mieux comprendre le phénomène même des apparitions, c'est pourquoi j'ai voulu rencontrer ceux qui témoignent de leurs expériences et affirment voir la Vierge. J'ai rencontré une voyante, je lui ai parlé et j'étais présent à l'apparition. Ma première rencontre avec Marija a eu lieu dans sa maison : je l'ai trouvée au travail, dans le jardin, chaussée de bottes de caoutchouc. C'est une femme tout à fait normale, mère de trois enfants. Dans la conversation, j'ai compris qu'elle était très éveillée, qu'elle savait poser des questions et parler de ses expériences, qu'elle savait bien discerner entre le bien et le mal. Elle m'a invité à participer à la prière dans sa maison, lorsqu'elle se préparait pour la rencontre avec la Gospa, comme depuis déjà plus de 18 ans. Nous avons prié dans l'oratoire de sa maison où un certain nombre de personnes étaient rassemblées. Nous avons prié le chapelet en diverses langues en attendant le moment de l'apparition. A un moment donné, Marija nous a dit que le moment de l'apparition approchait et, après une prière qu'elle animait elle-même, elle est restée en silence. Nous savions tous que c'était le moment où elle voyait la Gospa. Après l'apparition, elle nous a dit que la Gospa avait prié sur nous tous et qu'elle avait béni tout le monde. Une nouvelle fois, elle nous a appelés à prier. La rencontre avec Marija m'a montré qu'elle était une jeune femme tout à fait normale, qu'elle vivait pleinement dans la réalité et qu'elle s'occupait bien de ses enfants. J'ai vu qu'elle avait une bonne relation avec sa famille et avec les pèlerins. Elle est simple et naturelle, claire et compréhensible lorsqu'elle parle de ses expériences. Je peux dire que c'est une femme à qui l'on peut accorder foi, une femme authentique, et c'est pourquoi je ne trouve aucune difficulté à croire en ce qu'elle dit, plus précisément en ce qu'elle voit, et à croire que c'est vrai. C'est pour moi une expérience très importante, car j'ai tiré la conclusion que ce lieu de prière était fondé sur l'expérience donnée à ces jeunes gens, expérience transmise d'une manière convaincante.

A Medjugorje, Marie est vénérée comme la Reine de la Paix. Ce nom et ses exigences auraient dû préparer le monde aux terribles expériences de la guerre. Dix ans après la première apparition, la guerre en Croatie et en Bosnie-Herzégovine a éclaté. Medjugorje est un lieu où l'on prie sans cesse pour la paix. Le message de Medjugorje pour le monde entier est clair : il faut dépasser les guerres et les conflits par la puissance de l'amour. On a l'impression que toutes les dimensions de l'homme sont touchées à Medjugorje : le cur, l'âme et le corps. Ici, toute la personne est saisie par la prière et les lieux de prière. Dans ce sens, Medjugorje porte un message pour toute l'Eglise : permettre à Dieu et à la Gospa de toucher toute notre réalité humaine, permettre à Marie de nous donner son amour et apprendre ainsi à prier de tout cur. C'est pourquoi je peux dire que personne ne doit craindre Medjugorje, bien que ce lieu n'ait pas encore été officiellement reconnu dans l'Eglise. Ici, on prie vraiment de telle manière que la personne se met en route. C'est pourquoi les foules viennent ici pour apprendre à prier. Je souhaite que ce message et cette expérience soient transmis en Allemagne, car nous, les allemands, sommes portés davantage au raisonnement qu'aux sentiments. Ici, il s'agit d'un message adressé à toute la personne, message dont nous avons vraiment tous besoin.

7e RENCONTRE DES ANIMATEURS DES CENTRES POUR LA PAIX

Une centaine de participants d'une vingtaine de pays des cinq continents ont participé à la septième rencontre des animateurs des Centres pour la Paix. Comme chaque année, les participants ont adopté une

DECLARATION :

Rassemblés à Neum du 19 au 24 mars 2000 pour la 7e rencontre des animateurs des Centres pour la Paix et des groupes de prière de Medjugorje, nous nous adressons aux amis et aux pèlerins de la Reine de la Paix :

1. En cette année de Jubilé de la chrétienté, nous mettons Jésus Christ au centre de notre vie, afin de donner notre contribution au renouveau de l'Eglise de notre temps et de notre Eglise locale.

2. Nous constatons des points communs entre le contenu du programme du Jubilé et les Messages de Medjugorje. Les paroles de la Vierge : " Faites tout ce qu'Il vous dira " (Jn 2,5) nous révèlent que Jésus Christ est le même hier, aujourd'hui et toujours.

3. L'annonce de l'Evangile est la mission prophétique de tous les baptisés. Elle se réalise en premier lieu dans notre vie personnelle. Une vie authentique est la meilleure annonce. Ceci est également valable pour ceux qui diffusent les messages de la Gospa.

4. Nous souhaitons que l'appel à la paix et à la réconciliation donné par la Gospa soit présent d'une manière particulière dans la vie des personnes, des familles et des groupes, tout particulièrement en cette année du Jubilé.

5. Une nouvelle fois, nous invitons tout le monde à mieux connaître et à fidèlement garder l'authenticité de la spiritualité de Medjugorje.

A Medjugorje, le 24 mars 2000

CONFERENCE DES DONATEURS

La rencontre de donateurs inspirés par les messages de Medjugorje aura lieu le 26 juin 2000 à Medjugorje sur le thème : " C'est à moi que vous l'avez fait ".

La première Conférence Internationale de représentants d'organisations humanitaires et de personnes qui, inspirées par les messages de Medjugorje, s'engagent dans les activités humanitaires, aura lieu à Medjugorje le 26 juin 2000, à partir de 9.00 h. Tous ceux qui ont offert une aide spirituelle ou matérielle à la population menacée par la guerre sont invités à cette conférence.

Nous prions les représentants des organisations humanitaires et les donateurs qui envisagent de participer à cette conférence d'annoncer leur venue, et d'envoyer des informations sur leur organisation et sur eux-mêmes, à l'association " Medjugorje-Mir ", Split, par fax : + 385 21 34 22 58, ou par e-mail : medjugorje-split@st.tel.hr.

Vous disposerez d'une traduction en simultané. Pour toute information complémentaire, merci de vous adresser à " Medjugorje-Mir " à Split, au téléphone + 385 21 36 13 54.

DECES DU PERE ANGELO MUTTI

Le père Angelo Mutti, initiateur et rédacteur en chef de la revue " Eco di Medjugorje ", est décédé le 3 mars 2000. " Eco di Medjugorje a diffusé les messages de la Gospa et les nouvelles sur les événements de Medjugorje pendant de longues années. Traduit en une dizaine de langues, il a rendu accessible à tous les continents le message de paix et de réconciliation donné par la Gospa. La contribution de Don Angelo était inestimable. Nous le remercions pour tout ce qu'il a fait, nous le confions à vos prières dans la confiance que ses collaborateurs continueront à marcher sur la route qu'il a tracée.


Published by: INFORMATIVNI CENTAR MIR - Svetiste Kraljice mira (Information Center MIR - Shrine of the Queen of Peace), 88266 Medjugorje, BiH, fax number: +387-88-651-444.
Director: fra Miljenko Stojic.
You can receive the latest issue of the Press Bulletin at any time on your own fax machine in the tone mode by dialing the
Robofax in our Information Center at +387 88 65 15 55.
E-mail: medjugorje-mir@medjugorje.hr; Internet: http://www.medjugorje.hr
Published every other Wednesday.


BackHomeOverviewInfo
Last Modified 04/05/2000